Le comptoir des gens heureux

« Le Comptoir Des gens Heureux » pourrait être le nom d'un salon de thé ou autre lieu de détente qui propose l'espoir du bonheur, mais le bonheur existe-t-il réellement ? Est-il facile à trouver ? Les anciens de l'antiquité s'accrochaient désespérément à leurs mythes pour expliquer le désordre affligeant de leur misérable existence ; aujourd'hui, a-t-on besoin de fantasmes et d'illusions modernes pour supporter la désillusion parfois funeste et injuste de nos vies ? Le bonheur n'est-il qu'une impression à laquelle on essaye de s’accrocher désespéramment ?

C'est quoi d'être heureux exactement ? 

L'argent ne fait pas le bonheur, mais il y contribue, avoir une bonne santé également. Aujourd'hui, par les temps qui courent, dont certains plaisirs sont empêchés par les contraintes des nouvelles obligations vaccinales et sanitaires, il est possible malgré tout, de prendre plaisir à des moments agréables plus simples et moins coûteux, comme partager une balade et un repas assis sur un rocher au bord de la mer en compagnie de l'être aimé, se promener sous un ciel étoilé et en admirer la beauté, écouter de la musique confortablement installé chez soi, avoir des projets à deux avec une personne honnête, fidèle et aimante... L'important est de partager le bonheur et les bons moments, sans ce partage, ils s'estompent... Il est très difficile de définir ce qu'est le bonheur en terme absolu, car il a une courbe, c'est un graphique où la définition de ce qui le constitue, est directement proportionnel aux besoins différents dont chacun a besoin. C'est un terrible relativisme moral, une théorie des quanta à la fois proche et différente pour chacun, car avoir une bonne santé et avoir de l'amour sont des ingrédients essentiels. Dans la plus part des dictionnaires et encyclopédies, le bonheur est un état de plénitude totale défini par sa constance et son équilibre. Ne le connaître qu'un bref instant de suffit pas à être heureux, c'est parfois même le contraire, car le manque de ce moment amène à la nostalgie. Le bonheur est recherché universellement par chacun d'entre nous ; il est représenté comme le désir le plus important de notre existence. Le philosophe Thomas Hobbes (1588 – 1679) caractérise le bonheur, dans le Léviathan (1651), comme « une continuelle marche en avant du désir, d'un objet à un autre, la saisie du premier n’étant encore que la route qui mène au second ». Attentif de posséder éternellement le concept immuable de ses aspirations, la personne en accord avec les pensées de Thomas Hobbes s'engouffre dans une recherche perpétuelle du bonheur. Le théoricien a même rajouté : « ainsi, je mets au premier rang, à titre d'inclinaison générale de toute l'humanité, un désir perpétuel et sans trêve d'acquérir pouvoir après pouvoir, désir qui ne cesse qu'à la mort. » Cette façon de penser le bonheur n'est-elle pas dangereuse ? Ne peut-elle pas mener à une ambition de puissance et de pouvoir ? La recherche du bonheur n'est-elle pas bouleversée par l'angoisse humaine de notre courte existence ? Si tel est le cas, cette quête peut être mal menée et malmenée. La poursuite du bonheur risque de n'être effectuée que sur du court terme, ce ne sera pas réellement du bonheur, mais du bon temps. Plus proche que les récits philosophiques de Thomas Hobbes, le cinéaste italien Gabriele Muccino a réalisé le film « A la recherche du bonheur », sorti sur les écrans en 2006, avec dans les rôles principaux : Will Smith et son fils Jaden, âgé de sept ans pendant le tournage. Cette histoire biographique, raconte celle d'un homme qui réussit à survivre à de nombreuses épreuves de la vie, grâce à l'amour réciproque qu'il a pour son fils. Ce film peut résumer le bonheur à l'importance de tout faire avec une énergie positive et saine, pour atteindre l'objectif que l'on s'est donné dans la vie. Le psychologue et psychothérapeute espagnol Antoni Bolinches, indique qu'il y a trois fondements indispensables au bonheur : la congruence intérieure, la réalisation personnelle et l'amour harmonieux. Ces trois sources de bonheur sont indéniablement indispensables : la congruence intérieure permet de rester en accord avec soi-même, avec ses convictions, sans lesquelles il est impossible d'être en harmonie avec ses propres désirs. La réalisation personnelle est la suite logique de cette adéquation, elle permet de concrétiser son dessein de vie, ce pour quoi on est fait. Enfin, l'amour harmonieux est un des points les plus importants pour trouver le bonheur, il amène à un sentiment universel, il est presque de l'ordre du céleste, il est indéfectible et conclut à une existence continuellement bienveillante pour tout le monde. Ce concept est assez difficile à imaginer surtout lorsqu'on peine à trouver un sens positif à sa vie pour de réelles raisons.

Que faut-il faire pour être heureux ?

Outre la définition donnée quelques lignes plus haut ; chacun possède une définition différente de ce délicieux concept qu'est le bonheur. Du premier homo-sapiens aux hommes, femmes et enfants modernes, le bonheur a changé ; on n'est plus heureux de la même manière ni pour les mêmes raisons. Ce bonheur peut également être différent suivant le continent où l'on vit ou tout simplement les différences de classes sociales dans un même pays. En France et dans toute l'Europe, par exemple, alors que certains seront heureux après s'être acheté une voiture de luxe, d'autres le seront s'ils ont la possibilité de manger un bon repas que d'autres considéreront banal. Mais est-ce réellement du bonheur ou simplement une joie passagère ? Omniscience désarmée face à la recette du bonheur, personne ne sait réellement comment le trouver, à moins d'être né avec lui.

L'argent fait-il le bonheur ?

Certains vous diront que le bonheur est présent ou absent suivant notre éducation : il est évident qu'il est préférable d'être né dans une famille aimante et n'avoir manqué de rien, pour continuer à vivre heureux et en bonne santé, avoir la possibilité de bâtir tout ce qu'on a à bâtir, tant au sens propre qu'au sens figuré, qu'avoir toujours vécu dans un milieu déchiré dans lequel on saute des repas et où la santé s'amenuise peu à peu dès le plus jeune âge : le bonheur ne s'apprend pas, il est présent ou il ne l'est pas. Certaines personnes cependant, souvent les plus démunies d'ailleurs, savent prendre plaisir à écouter le chant d'un oiseau, regarder le soleil se lever ou se coucher, sentir le parfum d'une fleur, profiter de la moindre chose, doit-on appeler ça le bonheur ou un plaisir rempli d'émotion ? Doit-on changer ses aspirations pour enfin être heureux ?

Témoignage d'un millionnaire du casino

En octobre 2013, un pêcheur écossais a gagné 6,4 millions d'euros, après avoir misé 20 centimes, alors qu'il ne jouait que très peu souvent, juste pour le plaisir. Cet homme bienveillant et généreux a décidé de donner une grande partie de son gain aux personnes les plus nécessiteuses financièrement parlant, avant de revenir à sa passion principale : la pêche. Cet homme, avec ce qui lui restait, n'avait en tout cas plus à se soucier d'avoir à payer loyer, alimentation, santé, essence, factures et autres contraintes : il était enfin serein. La sérénité procure réellement du bonheur... 

Comment provoquer le bonheur ? 

Certaines personnes diront que pour provoquer le bonheur, il faut savoir attendre l’imprévu, que croire en sa bonne étoile peut faire venir la chance, qu'il est simple de forcer le destin, que visualiser le bonheur peut le rendre réel, qu'il faut rester positif. Cela n'est certainement pas si simple, car le bonheur semble être élitiste. Il est certain cependant, que le bonheur est essentiel à notre équilibre vital et émotionnel et joue un rôle majeur sur notre bien-être et notre santé.