Présentation du théoricien Thomas Hobbes

Dans le domaine de la littérature, il existe plusieurs auteurs qui ont marqué leur génération en se démarquant des autres. C’est le cas en philosophie, en géographie, en histoire et bien d’autres. En philosophie, plusieurs auteurs ont marqué leurs temps et impactent toujours les férus de littérature d’aujourd’hui. Au nombre de ces incontournables auteurs figure Thomas Hobbes, l’un des pères fondateurs de cette discipline. Ce dernier est plus reconnu grâce à sa théorie du contrat social dans son œuvre le Léviathan. Vous avez certainement déjà entendu parler de ce théoricien qui a notamment parlé du bonheur, mais vous ne le connaissez pas assez. Voici ci-dessous une présentation de cet auteur.

Thomas Hobbes

La vie familiale de Thomas Hobbes

C’est en Angleterre à Westport qu’est né Thomas Hobbes le 5 avril 1588. Il a vu le jour dans une période de difficulté puisque c’était au cours des affrontements entre la flotte anglaise et l’Invincible Armada.

Le théoricien est issu d’une fratrie de trois enfants dont le père fut vicaire de Westport et de Charlton. Abandonné très tôt par ce dernier, Thomas Hobbes a été élevé par son grand frère Francis.

En ce qui concerne la situation matrimoniale de Thomas Hobbes, il ne s’est jamais marié, mais selon une rumeur, il a une fille légitime. Toutefois, c’est plus sa vie de philosophe et théoricien qui a marqué plusieurs générations.

Le parcours scolaire de Thomas Hobbes

Thomas Hobbes a eu un cursus scolaire très remarquable.

Le cursus primaire et secondaire de Thomas Hobbes

Comme abordé précédemment, le théoricien a été abandonné avec ses frères par leur père qui était forcé à quitter leur ville de résidence. Pour ce faire, dès l’âge de quatre ans, Thomas était encadré par l’église de sa ville de naissance. Après cela, il a fait une école privée et celle de Malmesbury où il a appris le grec et le latin. C’est d’ailleurs ce qui lui a permis déjà à 14 ans d’être traducteur des livres en latin, notamment le plus connu, la Médée d’Euripide. Il a obtenu un baccalauréat littéraire en 1608.

Le cursus universitaire et formation de Thomas Hobbes

C’est en 1605 qu’il entre à l’université d’Oxford. Cependant, il faut savoir que le futur philosophe a détesté la vie universitaire. Le directeur de Magdalen était John Wilkinson, un puritain combatif qui a influencé Thomas Hobbes. Ce dernier n’avait pas en réalité trop de rêves en ce qui concerne ses études supérieures, ce qui fait qu’il y accordait peu d’intérêt. Il n’a donc pas fini le cursus pour obtenir son diplôme.

Il devient en 1608 le tuteur du premier garçon du baron de Hardwick, le futur comte de Devon : William Cavendish. Il a été chargé de voyager en Europe continentale avec ses étudiants. En 1610, l’année de l’assassinat d’Henri IV, il visite les trois pays suivants :

  • la France,
  • l’Italie et
  • l’Allemagne.

Après son retour à Londres, il a opté pour l’étude de l’anglais américain, lisant et traduisant son historien préféré, Thucydide. Sa traduction parut en 1628, l’année de la mort de son élève et ami.

Par ailleurs, il devient avec le temps encadreur itinérant pour le fils du comte Clifton et il retourne sur le continent. Il a passé dix-huit mois en France, notamment à Paris et à Venise. De retour en Angleterre quatre ans après, il se voit confier la garde du jeune comte de Cavendish. À cette ère, il fait la découverte d’Euclide et tombe amoureux de la géométrie. Trois ans plus tard, Hobbes et ses étudiants visitèrent la France et l’Italie, et restèrent à Paris pendant huit mois, jusqu’en décembre de l’année 1637. C’est à cette époque qu’il entre en contact avec le Père Mason qui lui ouvre les portes des sociétés savantes de Paris et l’encourage à publier sur la psychologie et la physique.

En outre, dans ses souvenirs, il raconte son état de contemplation lorsqu’il était en bateau, en voiture ou à cheval. C’est à ce moment de sa vie qu’il a compris les principes physiques ou les mouvements, les seuls qui produisent la nature réelle des choses. Selon lui, ce principe pourrait être la fondation de la morale, de la psychologie et de la politique.

Les œuvres de Thomas Hobbes

Le théoricien a écrit plusieurs livres. Les plus connus sont :

  • le Léviathan,
  • de Cive,
  • de la nature humaine ou exposition des facultés,
  • éléments du droit naturel et politique,
  • le Corps Politique, ou les éléments de la loi morale et civile.

Son œuvre qui a rencontré le plus de succès est le Léviathan. Dans cet ouvrage, Thomas met l’accent sur l’homme qui est un loup pour l’homme. De ce fait, ce dernier doit avoir un état mental fort, ce que Hobbes représente par un Léviathan qui n’est rien d’autre qu’une bête effrayante. Cette dernière se charge de protéger les hommes à condition qu’ils obéissent à tous. Par conséquent, le terme pacte social ou encore contrat social est né.

Le livre est subdivisé en plusieurs parties dans lesquelles il défend la monarchie comme le moyen le plus sûr pour mieux gouverner. Cette forme de gouvernance selon lui permettrait de protéger les plus faibles. Il développe également dans ses analyses phylogénétiques que le citoyen doit respecter les autorités. L’auteur est aussi connu comme le précurseur des théories suivantes : empirisme, contractualisme et libre arbitre.

La mort de Thomas Hobbes

Thomas Hobbes laisse derrière lui plusieurs livres et systèmes de pensée. Il est mort à l’âge de 91 ans, le 4 décembre de l’année 1679 en Angleterre à Hardwick hall, d’un accident cardio-vasculaire. Avant sa mort, il vivait dans la famille d’accueil Devonshire en préparant la sortie d’un nouveau livre. Sa paralysie a été la raison pour laquelle cette œuvre n’a pas été publiée avant sa mort.