Le contraire du bonheur est-il la dépression ?

La vie est faite non seulement de moments joyeux, mais aussi de moments moins réjouissants durant lesquels l’état émotionnel oscille. Si tantôt vous êtes heureux, il arrivera des jours où vous vous sentirez malheureux, au point d'être déprimé. D'où l'intérêt de se demander si la dépression est véritablement aux antipodes du bonheur.

Qu’est que le bonheur ?

D’emblée, il faut souligner que le bonheur est une notion subjective et donc, les définitions peuvent varier d’une personne à une autre. Toutefois, il y a des points communs qui doivent être mentionnés, quel que soit, l'état d'esprit des individus. En effet, le bonheur est un état de satisfaction optimale, une forme de plénitude perçue comme l’objectif le plus élevé de la vie. Il est essentiellement caractérisé par la durabilité et la stabilité et ne doit donc pas être confondu avec la notion de plaisir.

Contrairement à ce dernier qui est éphémère, le bonheur est une sensation plus complète à long terme qui prend en compte le corps et l’esprit. Il est lié à l’individu intrinsèquement qui, au plus profond de lui souhaite être heureux, en réalisant tous ses désirs sur tous les plans :

  • professionnel,
  • familial,
  • social,
  • psychologique.

La liste peut différer en fonction de la nature de la personne, mais une fois que l’équilibre est atteint dans tous ces domaines, on parle de bonheur.

Qu’est ce la dépression ?

Considérée comme une maladie mentale, la dépression peut être perçue comme un état de perte de motivation et d’énergie, caractérisé par un ensemble de symptômes. De la culpabilisation, à la faible estime de soi, en passant par les sauts d’humeur, la personne est confrontée à une situation d’incapacité, voire d’impuissance. Il faut préciser que la dépression peut être liée à un facteur biologique un facteur héréditaire ou un traumatisme dans l’enfance ou à l’âge adulte. Dès que la personne devient dépressive, des pensées négatives commencent à l’envahir. Elle adopte alors une attitude pessimiste et a même des envies suicidaires.

Elle démontre une réaction de repli sur soi et procède à une remise en cause perpétuelle des actes qu’elle a commis dans le passé. La dépression peut ainsi affecter considérablement l’individu, notamment s’il arrive à un stade chronique. Par ailleurs, sachez que ce trouble est à la base : des insomnies, de la perte d’appétit et de libido, ainsi que certaines pathologies cardiovasculaires.

Le contraire du bonheur est-il la dépression ?

Avant de répondre à la question, il serait intéressant d’attirer votre attention sur le lien entre le bonheur et la dépression. Le rapport entre ces deux notions réside dans le fait qu'ils soient tous deux des états émotionnels, dans lesquels se trouve un individu, en fonction de la situation qu’il vit. Le décor étant planté, il faut maintenant entrer dans le vif du sujet pour dire que le contraire du bonheur n’est pas la dépression. En effet, vous devez savoir que si une personne n’est pas heureuse, cela ne signifie pas qu’elle devient systématiquement dépressive.

L’homme étant réputé être un éternel insatisfait, il va de soi que le bonheur ne sera pas, voire probablement jamais atteint. C’est la raison pour laquelle de grands auteurs philosophiques pensent qu’il est un mythe et d’autres recommandent de se contenter de ce que vous avez. Selon ces derniers, vous serez heureux si vous êtes satisfait de ce que vous possédez au lieu de toujours rechercher à réaliser un autre désir.

Néanmoins, il faut aussi reconnaître que le contraire du bonheur peut être synonyme de dépression, mais dans quel sens ? Si une personne n’arrive pas à réaliser ses désirs, elle accumule de la déception et une certaine tristesse, surtout si l’échec est répétitif. Ces deux sentiments combinés à long terme peuvent la conduire à remettre en cause ses capacités et par conséquent, devenir dépressive. La personne se dira qu’elle ne sert à rien et comme mentionné plus haut, la faible estime de soi est un symptôme de la dépression.